ASHTAR SHERAN

HARMAGUEDON (1969)

Canalisations du Groupe Speer de Berlin (MFK-Berlin) - 1969

La famille Speer de la Mediale FRIEDENSKREIS de Berlin

Extraits de la revue " Ondes Vives"
n° 51 - Partie I - Juillet 1970),
n° 52 - Partie II - Août 1970),
n° 53 - Partie III - Septembre 1970),
n° 57 - Partie VII - Janvier 1971) et
n° 58 - Partie VIII - Fin - Février 1971)

(Aimablement transmis par Michael Lefebvre (Parties I, II et III)
et Fred Idylle, du site
ARTivision
 (Parties VII et VIII)
Le texte original en langue allemande se trouve ici.

Nous ne disposons pas des parties IV à VI qui figurent dans les numéros 54 à 56 de la revue Ondes Vives.
N'hésitez pas à vous manifester auprès du site si vous disposez d'un numéro manquant.

 

 

Légende des couleurs :

- En Noir : Texte traduit de l'Allemand
-
En Vert italique : Commentaire de la revue Ondes Vives qui a publié ces textesb traduits
- En Bleu italique : Commentaires de Frédéric (webmaster du site Ashtar Sheran)

 

Revue « Ondes Vives » n° 51 de Juillet 1970, pages 4 à 9 (Partie I)

 

Nous soumettons à nos Lecteurs, toujours dans le cadre de notre étude des Extra-Terrestres, la dernière brochure publiée par le groupe Speer de Berlin, concernant les messages d’Ashtar Sheran, reçus télépathiquement par des médiums. [Commentaire de Frédéric : En fait, c'est par psychographie directe, et non par télépathie. Cf l'article : Les photos du groupe Speer de Berlin] La traduction en a été faite par M. Zund et Mlle Lachenal. [Commentaire de Frédéric : C'est la toute première fois qu'on aprend qui, au sein de la rédaction d'Ondes Vives, a effectué les traductions françaises des textes d'Ashtar Sheran en langue française.]

Rappelons qu’Harmaguedon est la grande bataille finale, décrite dans la Bible, qui aura lieu entre les armées du Christ et celles de Satan. O.V.

 

J’ACCUSE !

 

ASHTAR SHERAN : Puisque je me trouve dans l’impossibilité de publier mes paroles à travers le monde, je dépends de mes amis éprouvés [Note du Groupe Speer de Berlin : Le Groupe Speer de Berlin]. Je sais que le GRAND ADVERSAIRE est contre moi [NDLR (O.V.) Il s’agit probablement de Satan, mot qui signifie : l’adversaire, le séparé (de Dieu) ce qui laisse à penser que les hommes qui se séparent de Dieu deviennent l’adversaire, c’est-à-dire Satan.] Cependant, je me trouve dans le camp du Grand Incommensurable Créateur. Ce combat n’est pas seulement un combat de l'esprit, de l'intelligence, de la connaissance, mais il est en même temps un combat ardent sur le plan physique, donc un combat qui se livre par tous les moyens de la technique et des connaissances scientifiques. Le but de ma Mission est la PAIX par-delà toutes les frontières.

J’accuse ! Cette humanité de la très belle Terre, qui s’est séparée de Dieu et suit, mésusant de son évolution, les instructions d'une organisation spirituelle qui est connue sous le nom de « démonie ».

Les dirigeants de cette humanité n’ont pas jugé utile de se procurer les connaissances qui se trouvent au-delà de la matière mais qui ont une importance supérieure.

J’accuse non seulement les vivants mais aussi les morts, qui sont ensemble la cause des malheurs de cette Terre.

L’égoïsme des hommes terrestres est sans exemple dans tout l’univers. Il conduit à l’isolement total de l’individu. Partis, peuples, races et groupes, mènent un combat acharné les uns contre les autres, mais ils ne savent pas pourquoi. Ils ignorent la vérité parce que les connaissances plus élevées concernant toute leur existence, leur manquent totalement et parce qu’ils suivent de faux enseignements.

L’Apocalypse, c’est-à-dire le chaos, se prépare. Le comportement des régimes gouvernementaux est contre-nature. La Nature, c’est-à-dire la volonté divine, produit et soutient la vie. La planification humaine s'occupe principalement du contraire. Les détails de ces efforts sont ignorés de la population moyenne de cette Terre ; ce qui est connu du public n’est qu’une fraction de la préparation â la destruction. Technique, industrie, sciences et finances sont abusées par de désastreuses machinations.

L’accusation contient 10 000 pages correspondant à ce volume : une telle accusation ne peut être traitée par aucune juridiction terrestre. C’est pour cette raison que seule une instance extra-terrestre est compétente, mais elle est, au début, rejetée avec raillerie par les gouvernements comme si elle n’existait pas !

Nous pourrions fonder sur cette Terre un Protectorat de la Fraternité Universelle, mais ce ne serait pas pour elle un libre développement ; nous ne pouvons pas encore nous décider à agir de la sorte ; en tous cas, pas tant que nous espérons que la raison pourra percer.

Lorsque les cercles gouvernementaux des U.S.A. nient l’existence de nos vaisseaux spatiaux, je demande ce qu’ils savent des miracles de FATIMA. Au-dessus de FATIMA un vaisseau universel rayonnant est apparu ; un message était en même temps apporté avec cette démonstration.

Il n’en va pas autrement aujourd’hui. Nous ne nous arrêtons pas seulement aux vols de démonstration de notre flotte spatiale, mais nous adressons en même temps nos messages à l’humanité de cette Terre.

Ce que j’annonce avec ce message est un phénomène qui a davantage de sens et de signification que tout ce qui s’est produit sur le Mont Sinaï ou à FATIMA. Ce sont des avertissements et des enseignements adressés ä ce monde terrestre, à l’humanité de ce plan ignorant et matérialiste. Votre savoir est totalement unilatéral, et il lui manque le second pôle. Une pleine efficacité du savoir humain ne peut être atteinte que si, comme pour le courant électrique, il se trouve deux pôles l’un en face de l'autre, c’est-à-dire le monde physique et le monde spirituel.

On parle de progrès, d’une évolution ; ce qui se produit en réalité, c’est une dégringolade qui, il est vrai, se trouve dissimulée par les acquisitions de la technique. On peut dire que le développement de la recherche matérielle a jeté du sable dans les yeux de la population du monde afin qu’elle ne reconnaisse pas ce qui est une réalité absolue.

Lorsqu’une chose est totalement inconnue, on n’y attache aucun intérêt. Il en va exactement de même avec cette Terre. On s’éloigne d’une chose -- s'en occuper ? on prendrait cela pour une perte de temps -- parce qu'on n'a aucune idée de sa signification réelle.

Les hommes terrestres, à peu d'exceptions près, n'ont pas la possibilité de comprendre. Il faut toujours avoir recours aux exemples, aux comparaisons, ainsi qu'a dû le faire également votre Christ. Qui, sur cette Terre, aurait pu par exemple prédire et reconnaître, il y a 100 ans, l'immense importance des ondes électriques ?

Il en va de même en ce qui concerne la signification de la recherche spirituelle. Ce que vous entendez par là, c'est de la prestidigitation ; les réalités ne sont que peu mentionnées ou sont niées par vos universités !

Détrompez-vous ! L'Apocalypse ne s'est pas éloignée de vous, et il se pourrait que nous la laissions se produire sans sourciller pour de bonnes raisons.

Il est inévitable d'évoquer ici les gouvernements terrestres desquels font partie : les églises, les pédagogues, les politiciens, les experts militaires, les scientifiques, et autres préparateurs de guerre de tous ordres.

Ceci n'est pas une menace de l'homme de couleur, mais l’effet de la causalité basée sur la loi de la nature.

Les hommes de cette Terre qui ont les plus hautes responsabilités, ont un bandeau doré sur les yeux, tel que cela a été créé par la pensée de Satan. Aussi longtemps qu'ils auront ce bandeau sur les yeux, ils ne verront pas leur propre malheur, c'est-à-dire un horrible malheur pour eux-mêmes, qui n’est pas encore à l'état aigu mais qui n’en existe pas moins inévitablement.

Des dirigeants communistes compétents ont dit qu'on donne de l’OPIUM aux pauvres gens pour les tranquilliser – c’est-à-dire qu'après la mort tout ira mieux pour eux ! Je ne vois aucunement en cela une pilule tranquillisante, car ce qui arrive à un homme après sa mort n'est en aucun cas un opium et ce, encore bien moins pour le primitif. Ne font pas partie des primitifs les pauvres mais bien des gens qui se trouvent au pouvoir ou à la Bourse. Ils sont tellement primitifs qu'ils se figurent que les régions spirituelles sont pour eux sans aucune signification et ne représentent qu'un non-sens dont on rit de bon cœur.

Quelle obscurité domine, en ce qui concerne le spirituel, sur une si belle et si accueillante planète ! J'en frémis.

Il est bien dommage que votre Messie, le Christ, n'ait pas pu donner son plein développement. Il a indiqué, il est vrai, la vie immortelle de la conscience humaine, mais il n'a pas eu le temps de l'expliquer.

Il existe aujourd’hui des institutions qui s’occupent du psychisme de l’homme mais elles ne parviennent pas à un résultat véritable parce qu’à priori, elles refusent une existence à la conscience, en dehors de la matière, ou plutôt parce qu’elles sont incapables de la concevoir.

Les enseignements concernant l'esprit, ou plutôt la conscience de l’homme, sont de la plus haute importance. La chair ne peut être considérée que comme un instrument hautement développé. À quoi sert par exemple le meilleur poste de télévision s'il n’y a pas d'émission ? Ce n'est qu'un objet qui prend de la place.

Tous les processus de conscience dans l'homme se trouvent hors de la matière, donc en dehors des organes sensoriels. Les organes des sens n'ont que des rapports réciproques entre esprit et corps. Cela n'est pas seulement le cas pour l'homme, il n'en est pas autrement pour les animaux. Un cerveau d'abeille peut être minuscule, mais il peut être hautement valable comme médiateur entre un processus cosmique très étendu et la tête de l'abeille. L'étendue des fréquences spirituelles est toujours importante.

Mais j’accuse encore : Les religions de ce monde ont développé un culte qui, il est vrai, impressionne les hommes, mais leur enlève la vérité.

Ce qui est réellement vrai n'a pas besoin d'être dévalorisé par un culte. La vérité possède suffisamment de dignité, elle n'a pas besoin de fanfreluches ; ce n'est pas pour cela que l'erreur peut être écartée du monde. Un animal ne sait rien des connaissances spirituelles. À l'homme, toutes les possibilités d'acquérir ces connaissances et aussi de les comprendre sont données. Vu du point de vue spirituel, l'homme est encore inférieur à l'animal, car il utilise son ignorance de lui-même à des pensées et à des actes néfastes, en devenant l'ennemi de la nature divine et en déclarant la guerre à la sublime création.

Un soldat est maintenu dans l'ignorance du fait que son action est pourvue ou dépourvue de sens : ce n'est qu'ainsi qu'on peut abuser de lui ; Satan n'agit pas autrement. Presque tous les hommes de cette Terre sont des soldats maintenus dans l'ignorance et dont on abuse pour des fins mauvaises. La situation qu'occupent ces soldats de la bataille d’HARMAGUEDON est absolument sans importance, car Satan a besoin de tous les métiers, dans toutes les positions sociales et publiques. L'ignorance suffit pour pouvoir les placer partout sans conditions. Satan, qu'on prend pour une figure fabuleuse, veut se venger du Créateur ; cette vengeance est si immensément négative que personne ne peut se l'imaginer. Cette vengeance n'est possible que parce que toute une humanité stellaire est prête pour sa réalisation. C'est cette ignorance dangereuse qui permet d'abuser toute une humanité sans qu'un seul de ces soldats d'HARMAGUEDON ne s'aperçoive de ce qui se passe à son sujet ni de quel côté il s'engage entièrement. Plus grand est un idéal, mieux Satan peut s'en servir, exactement comme le montre l’exemple de toutes les institutions militaires.

Il ne s’agit donc pas seulement d’une explication entre bon et mauvais, mais bien d’une bataille véritable, d’une réalité absolue.

L'ignorance de l’homme tout entier sur la vie dans d’autres étoiles et dans les régions spirituelles, ne s’arrête pas devant une religion. Les Eglises de même que les sectes, le Bouddhisme aussi bien que l’Islam, aucune ne fait exception et toutes servent volontiers la bataille d'HARMAGUEDON sans même le soupçonner.

J’accuse donc aussi les religions de cette Terre de ne pas s’être suffisamment préoccupées des réalités objectives. Au lieu de s’efforcer d’acquérir d’importantes connaissances, elles ont poursuivi d’autres intérêts ; elles se sont querellées pour des choses insignifiantes ; elles ont déployé un luxe superflu et ont piétiné la vérité partout où celle-ci se montrait timidement. Somme toute, le courage pour accepter les conséquences manque. On n’est pas prêt à se servir de la raison. Des miracles fabuleux qui ne résisteraient à aucune considération scientifique, sont dogmatiquement et traditionnellement défendus avec un fanatisme inconcevable.

[Note du Groupe Speer de Berlin : Notre Guide Spirituel ARGUN disait une fois, dans une séance spirite, que les hommes sur ce plan matériel quitteraient leur masque en ces temps derniers, afin que chacun laisse reconnaître de quel  côté il se trouve réellement]

Je vous ai expliqué ce qui s'est produit sur le Mont Sinaï, c’est-à-dire qu’un vaisseau-mère avait atterri afin que l’humanité terrestre reçoive des directives en vue d’une coexistence normale entre tous les peuples. Admettons que ces hommes ne pouvaient comprendre cette navigation spatiale parce que leur technique était encore insuffisante : on prit l’équipage pour JEHOVAH et sa hiérarchie. Le nuage de feu incandescent, c’est-à-dire la nef spatiale, précédait les Juifs et rendit possible le passage dangereux à travers la mer. Maintenant les Juifs affirment que Dieu les a élus comme guides et leur a donné une Terre, et que Moïse a parlé face à face avec Dieu.


Dessin réalisé par le Groupe Speer (Mont Sinaï)

L’Eglise chrétienne a accepté cette version. Ce qui s’ensuivit est un dangereux non-sens qui a amené la discorde dans ce monde à un degré sans exemple. Si maintenant un groupe de recherche, disons un groupe de recherche sur les OVNIS, soutient que les lois données sur le Mont Sinaï, avec apparitions et accessoires, sont basées sur une visite des extra-terrestres, alors personne ne peut, de prime abord, s’attendre à ce que la communauté juive clame des alléluias ; au contraire on mettra tout en œuvre pour maintenir la belle croyance en Dieu.

Nous ne sommes donc aucunement surpris de voir que nous n’existons pas. II n’en va pas autrement de l’Eglise chrétienne : là non plus on ne veut admettre aucune erreur ; on a bien accepté l’Ancien Testament ; on croit en chaque lettre de la sainte écriture ; on veut avoir le miracle comme preuve de Dieu, bien que ce soit le contraire que l’on obtienne des hommes qui réagissent normalement. La jeunesse, tout particulièrement, n’est pas décidée à s’en accommoder. La jeunesse est plus critique que les générations précédentes, même quand elle est partiellement dans son tort ; elle refuse une absurdité d’une telle envergure.

Les hommes terrestres se demandent ce qui a bien pu arriver à la jeunesse du monde entier, dont les mouvements estudiantins sont si accablants. On ne peut comprendre cette évolution ; on condamne ces actions violentes, mais on ne peut aider les jeunes. Et pensez que la jeunesse représente un matériel humain très désiré par le côté négatif de la bataille d’HARMAGUEDON ! La jeunesse est la meilleure chair à canon pour Satan ! Vous aurez la démonstration de cette vérité.

Vous devez savoir que vous devez vous attendre à une escalade dans tous les domaines de l’évolution. La jeunesse essayera dans son zèle, d'après la loi de la nature, de se montrer davantage. Si aujourd’hui elle brise, dans sa révolte, des vitrines, ce sera certainement la fois suivante 20 vitrines, et même la fois d’après ce sera 40 vitrines. Cette escalade est une loi de la nature. Si ces actions ne peuvent être freinées, le chaos ne manquera pas de se produire, et le chaos fait partie de la stratégie de la bataille d’HARMAGUEDON, du côté négatif. [NDLR (O.V.) : Le côté négatif est le côté de Satan]

La criminalité s’accroît de la même manière. Les moyens qui servent à la destruction humaine sont soumis à la même accélération. Le public ne soupçonne qu’à peine ce qui se produit dans ce domaine. On développe des matériaux de combat qui proviennent directement de l’enfer, mais vous ne croyez naturellement pas en l’existence d’un tel lieu. On ne peut pas non plus le trouver dans le monde physique ! et vos sens sont surtout organisés pour les fréquences terrestres. Peu d’hommes peuvent percevoir, au-delà de ces dernières, quelque chose d’extraordinaire. L’ignorance mondiale concernant l’existence de l’homme empêche toute coexistence harmonieuse, à commencer par les époux jusqu’aux grandes luttes entre religions, races et peuples. Les élèves et étudiants ressentent instinctivement qu’il doit y avoir quelque chose d’une importance énorme pour la vie humaine. Mais ce quelque chose leur échappe, parce que les responsables eux-mêmes n’en ont aucune idée, ou parce qu’ils butent là contre.

[Note du Groupe Speer de Berlin : Les enseignements et les messages d’ASHTAR SHERAN ont pris, au cours des années, un caractère plus énergique et ont davantage un ton d'exhortation. À plusieurs reprises on a critiqué cette acuité croissante, mais les anciens prophètes, de même que le Christ, y étaient forcés parce qu'on ne les écoutait pas. Le Christ a dit par exemple qu'il ne faut pas jeter de perles aux pourceaux ; ses paroles n’en sont pas moins tranchantes.]

Ce qui s’est produit ici sur Terre dans ces dernières décades défie toute description : les états se concentrent principalement sur la destruction totale de tous les hommes et de toute existence sur cette Terre. Ce que des caractères vils couvent et produisent individuellement, les autorités le font sur une grande échelle.

 

(A suivre)

Revue « Ondes Vives » n° 52 d'Août 1970, pages 3 à 8 (Partie II)

  

« TUTARISMUS »

 

Jamais cela ne m'a tant coûté d'enseigner que c'est le cas cette fois. La situation terrestre sous les aspects de la bataille d'HARMAGUEDON est devenue si tendue que nous, SANTINERS, nous nous trouvons devant une immense décision que nous ne pouvons nous-mêmes pas encore prendre.

En prenant nos visites pour une bagatelle, cela est déjà en soi un problème qui rend notre mission bien plus difficile. Le peuple se laisse bien trop facilement influencer par des dirigeants peu sincères. Cette humanité qui nous cause de si gros soucis, méconnaît le « tutarismus ». Elle ne trouve pas de sortie raisonnable à son cul-de-sac.

Il n'y a que deux possibilités : soit un chemin qui conduit à la paix, soit un chemin qui conduit à la destruction complète. Un chemin par conséquent absolument raisonnable ne peut être que le chemin de la PAIX. Cependant, le comportement de cette humanité ne se décide pas en faveur de la paix, de la raison, car elle ignore cette possibilité certaine de prendre le chemin de la paix.

Que l'on croie ou non à mon existence corporelle, que l'on croie ou non en mes paroles, je vous avertis au nom de l’ESPRIT inimaginablement grand qui a planifié l’Univers et l'a rendu possible.

Mes paroles ont plus d'importance que le Décalogue du Mont Sinaï ! L'humanité terrestre ne vit plus sur une belle Terre sans pareille mais sur un volcan en activité dont l'éruption peut se produire d'un instant à l'autre. Ce que se permettent votre technique et votre science est pure folie, car les intentions destructrices occupent la plus grande place dans votre existence. « Tutarismus » ! Choisir, entre deux possibilités, celle qui est la plus sûre.

La masse de la population terrestre est cependant au courant en ce qui concerne la guerre ; elle connaît les bombardiers et les chars, les grenades et les armes automatiques, mais tout cela elle ne le connaît que dans une mesure très limitée. Le public ne sait pas réellement ce qui, en ce domaine, est développé et produit. On dort donc avec insouciance sur une bombe à retardement dont le moment de l'explosion est indéterminé. Je ne comprends pas un tel désintéressement politique. Il n'existe somme toute aucun désir de s'instruire. La plupart des hommes vit au jour le jour et pense seulement à la façon de s'amuser le mieux possible. Le niveau d'instruction générale fait peur : des choses considérables se produisent dans tous les domaines de la science et dans tous les secteurs de la technique ; dans ce sens, l'humanité terrestre a fait un grand pas en avant. Mais par suite de l'obscurité spirituelle qui règne, les dangers pour cette humanité se sont accrus d'une manière considérable. En proportion d'un développement grandiose sur le plan matériel, la maturité spirituelle fait totalement défaut.

Le niveau d'instruction générale n'est qu'apparent. L'humanité s'est mis le feu entre les mains, tout comme si on remettrait des allumettes à un petit enfant « pour jouer » !

Je veux m'efforcer de me rendre intelligible dans votre langue, pour montrer tout ce qui est faux chez vous. Vous allez peut-être prendre cet enseignement pour une critique malveillante ; vous allez objecter que je pourrais me tromper. À ce sujet, j'aimerais vous dire que nous, SANTINERS, vivons sur une étoile qui a vaincu vos fautes et vos erreurs il y a déjà des millénaires. Nous vivons tout-à-fait harmonieusement, contents, et dans une grande abondance, et dans une santé absolument parfaite. C'est bien là une bonne référence pour que vous nous fassiez confiance.

Je sais ce que l'on pense de moi : vous n'avez pas confiance en mes paroles et vous les prenez pour une invention, une fantaisie d'homme terrestre, une figure imaginaire telle par exemple celle du Père Noël ou l'histoire des enfants dans les choux. Grande erreur ! Ma communication est du genre spirituel et hors de l'atteinte d'une telle critique, car vous n'y comprenez absolument rien. Les phénomènes occultes sont pour vous du bla-bla-bla. C'est par un faux développement qu'on a laissé s'atrophier d'importants domaines scientifiques ou qu'on a empêché leur déroulement.

Vous trouveriez raisonnable qu'un vaisseau spatial atterrisse sur un aérodrome, qu'une délégation d'une AUTRE ÉTOILE demande à être reçue avec hospitalité pour s'entretenir avec des experts terrestres de la destruction systématique du monde, avec des hypocrites, des traîtres, des raisonneurs, des athées... pour faire la paix en ce monde ! Je peux réellement vous dire à ce sujet : « C'EST ABSOLUMENT IMPOSSIBLE ».

Nous sommes bien informés. Nous connaissons les intentions en pareil cas. Nous ne sommes pas décidés à pénétrer dans le repaire du lion affamé. Nous ne traiterons pas davantage avec des athées qui manquent de maturité. Nous nous moquons d'une amitié feinte. Il nous serait somme toute impossible d'avoir une conversation raisonnable, car une conversation raisonnable n'est même pas encore possible entre les délégués de vos peuples.

Je suis déjà satisfait d'avoir un point de contact à ma disposition, qui me donne la possibilité de me faire comprendre. J'attache une grande importance à la publication, sous n'importe quelle forme qu'elle se fasse. L'essentiel est que quelques hommes en prennent connaissance. Ils devront cependant en prendre la responsabilité, afin que mes paroles ne soient pas étouffées. Nous avons en plus d'autres difficultés, si bien que pour le moment nous préférons le contact spirituel. Vous aussi préféreriez ce chemin s'il vous était accessible. Ne nous querellons donc pas en ce qui concerne la façon de se comprendre, mais tournons-nous plutôt vers la matière de cette compréhension. Là aussi, je me décide en faveur du « tutarismus », c’est-à-dire le choix entre deux possibilités dans lequel la bonne est déterminante.

Il va de soi que nous, SANTINERS, devrions interrompre nos visites, car c'est un manque complet de dignité que de s'occuper d'hommes qui ne méritent pas le qualificatif d'HOMMES : celui qui rend de tels services au diable ne mérite que le dédain.

[NDLR (M. Speer) : Nous reconnaissons de nouveau la colère d'ASHTAR SHERAN ; ses paroles sont tranchantes comme jamais elles ne l'ont été. Nous trouvons aussi le même style dans l'Ancien Testament. EZECHIEL a vraiment eu des contacts avec les SANTINERS.]

Nous avons eu aussi une prise de contact avec des enfants de bergers à FATIMA. Nous savons cependant que ces simples contacts ne suffisent plus aujourd'hui pour de tels messages ; nous avons besoin de meilleurs instruments, des meilleurs instruments que nous puissions trouver. Jusqu'ici le Cercle des Mediums de la Paix a relativement bien rempli la mission. Il faut naturellement aussi tenir compte des messages que nous avons communiqués au cours des années.

Je me trouve en face d'une mission extraordinairement difficile, c’est-à-dire en face d'une inimitié qui provient d'erreurs, de faux dogmes, de fausses traditions et de fausses méthodes d'éducation.

Si par exemple je dis que le communisme est faux, on m’attaquera parce que des millions et des millions d'hommes croient en la justesse et en la pureté de cette conception du monde. C'est tout aussi délicat pour moi lorsque je soutiens que toutes les religions de ce monde représentent dans leur majeure partie un non-sens incompréhensible. Dans ce cas également ce sont des millions et des millions d'hommes qui tiennent à ces enseignements. La tâche qui m’incombe est rebutante. Si la Terre et son humanité ne représentaient pas un si grand facteur, je préférerais tout simplement ne plus m'en occuper.

SODOME et GOMORRHE n'étaient que deux petites taches blanches sur cette Terre. Aujourd'hui la situation a changé à un point tel que toute la Terre est devenue une SODOME et une GOMORRHE. Cette humanité devait d'abord acquérir la maturité technique et scientifique pour créer les conditions nécessaires à la bataille matérielle et spirituelle d’HARMAGUEDON. Ce stade est maintenant atteint. Il n'existe pas de domaine dans lequel cette bataille ne fasse pas rage déjà. Mais les relations supérieures ne sont claires pour aucun homme : c'est pourquoi je veux vous aider, afin que vous sachiez de quoi il s'agit au fond. Personne ne comprend le monde, personne ne connaît ses véritables secrets; mais somme toute, il ne doit pas y avoir de secrets pour vous; vous devez savoir ce que veulent dire les causes.

Cause et effet : la loi globale que personne ne peut changer. L'effet, vous le ressentez déjà, mais vous n'en connaissez pas la cause. Jusqu'ici le savoir concernant les rapports spirituels n'allaient pas plus loin que la Bible. Mais ce savoir est pour la majorité absolument fou, ou faussement interprété. La Bible est imprimée en millions d'exemplaires et traduite en de nombreuses langues. Les erreurs qu'elle contient se propagent toujours davantage. Comme la vérité paraît petite, comparée à cette campagne de mensonges!

De grands sociologues s'en sont occupés et sont arrivés à la conviction que les traditions de la Bible ne résistent pas à la logique (1). La logique d'aujourd'hui a été à l'école des expériences dans les domaines de la technique et a été renforcée par elles. Un jeune ne peut plus suivre les développements de la Bible. Il sent non seulement qu'on lui ment, mais il se sent blessé dans son honneur parce qu'il lui semble qu'on le prend pour un imbécile. Il se tourne vers la sociologie, bien que celle-ci soit éloignée de la vérité divine. Cependant, sans religion, cela ne peut aller, parce qu'il n'y a qu'une religion, c’est-à-dire qu'une vérité, et que sans cette vérité il n'y a pas d'évolution humaine, pas de coexistence pacifique possibles.

(1) Commentaire d'Ondes Vives : Cela est vrai si on prend la Bible dans le sens « extérieur ». Mais si on interprète les symboles qui forment le langage divin universel, si on étudie profondément le sens « intérieur» des Ecritures, tout devient parfaitement clair et logique. O.V.

Avant que l'homme puisse contrôler ses opinions sociologiques, avant qu'il change ses rapports sociaux, il faut qu'il connaisse toute la vérité, et cette vérité doit représenter sa religion, qui le guidera et lui offrira la pureté tout au long de son existence universelle. Je vous demande des maintenant : « Qu'avez-vous fait pour obtenir cette vérité ? »

Là où la vérité s'est timidement montrée, vous l'avez rabaissée et calomniée avec malveillance, tout comme vous êtes prêts à traîner dans la boue tout effort positif. Vous ne rampez pas devant Dieu ou Sa Sainte Vérité, mais devant ces hommes dépourvus de toute espèce d'éthique et de décence. Vous glorifiez vos académiciens et vos politiciens qui font parler d'eux, même s'ils ne l'ont pas mérité.

Il ne suffit pas que l'humanité soit guidée unilatéralement sur le plan politique. La vérité fait partie de tous les domaines de la vie. L'ignorance, l'erreur, le mensonge, ne peuvent vous offrir une vie saine. L'œuvre de basse qualité est un accessoire de développement négatif. Nous ne trouvons pas de mots adéquats pour qualifier l'œuvre religieuse de basse qualité des responsables qui veulent veiller sur le salut des âmes humaines.

Mais l'œuvre de basse qualité ne s'arrête pas non plus devant les représentants gouvernementaux, les ambassadeurs, les généraux, les princes et leurs laquais. Le décor est risible - et doit recouvrir des faits négatifs. Considérez vos académiciens, vos plénipotentiaires, votre justice ! Tournez votre regard vers l’Angleterre et vous reconnaîtrez, ce qui aujourd'hui est toujours possible, qu'il s'agit d'œuvres de basse qualité devant représenter la vérité et la dignité. Et c'est dit en termes modérés ! Il s'agit de... [biffé]. [Commentaire de Frédéric : Je confirme que dans le texte original en langue allemande, c'est aussi biffé.]

[NDLR (M. Speer) : Dans la Bible nous trouvons beaucoup de paroles attribuées aux Chérubins. Comme nous savons aujourd'hui qu'il n'y a pas de différence entre un Chérubin et un SANTINER, nous trouvons ces paroles plus compréhensibles.]

Les hommes terrestres ne savent malheureusement pas qu'avec tous ces embellissements et ces éclaircissements négatifs, ils suivent les instructions de l'enfer - un enfer qui a une grande puissance sur l'activité de la pensée humaine. Cette inspiration se renforce d'autant plus qu'on se branche sur le côté négatif. Il existe donc un rapport de sympathie entre SATAN et les hommes de polarisation négative. Un prince ou un Président de Gouvernement même peut devenir entièrement un instrument de l'enfer sans qu'il ait conscience de ce rôle qu'il joue.

 

DEISME

 

Il ne fait aucun doute que l'homme terrestre ne peut comprendre la création, et ce encore moins lorsqu'il arrive à la conclusion que l'univers a une immensité qu'aucun homme, si intelligent soit-il, ne peut se représenter. Mais à l'intérieur de cette création, il existe un principe d'ordre. Celui qui agit à l'encontre de cette loi doit tenir compte des conséquences. Et comme l'homme enfreint cet ordre continuellement, il crée des situations qui ne lui plaisent pas. De plus, il tombe dans un danger de mort continuel. Ce serait bien beau qu'un être supérieur veille sur ces états de choses pour les corriger ! Vos religions enseignent qu'il y a un Être supérieur mais elles ne peuvent l'expliquer. Aucun homme ne peut se faire une idée de Dieu. C'est pour cette raison qu'on invente un être humain, dont la forme et la conscience ressemblent à un tel point à celles de l'homme qu'il LE reconnaît comme son Père ou son Juge. Tout cela est un non-sens.

Aucun homme, aucun théologien, aucun savant ne peut de loin, même approximativement, expliquer Dieu, -- et personne ne l'a jamais vu. Mais les Juifs soutiennent que MOISE a parlé avec Dieu face à face (2), comme avec un ami. En conclusion, Dieu doit être un surhomme. Cela aussi est un non-sens.

(2) Commentaire d'Ondes Vives : Il est dit en effet en Ex. 33/11 que « Le Seigneur s'entretenait avec Moïse face à face ». Mais un peu plus loin (Ex. 33/20) l'Eternel dit à Moïse: « Tu ne pourras pas voir Ma face, car l'homme ne saurait Me voir sans mourir ». Et Moïse ne put voir le Seigneur que de dos. Il faut faire la distinction entre « parler face à face » et « voir face à face ».

MOISE a parlé avec un SANTINER, un messager d'une autre étoile, que MOISE a cependant pris pour Dieu, car il ne pouvait saisir ce développement de la technique et de l'équipement. De plus, il n'aurait jamais compris qu'il puisse exister des hommes sur d'autres étoiles. Et ce que la Bible raconte est une grossière erreur.

Nos ancêtres ont, il est vrai, soutenu le peuple d’ISRAËL, mais nous avons aussi aidé d'autres peuples lorsque nous l'avons jugé utile. Mais les suites de ce compte rendu ont été considérables. Presque toutes les religions ont récolté quelque chose de ces erreurs.

Il n'existe pas de privilège venant de Dieu ni de qui que ce soit d'autre.

 

(A suivre)

Revue « Ondes Vives » n° 53 de Septembre 1970, pages 7 à 11 (Partie III)

 

Il y a quelque temps une Université américaine a soutenu qu’il ne fallait pas compter sur une visite d’extra-terrestres avant 10 000 ans. Je ne puis que hocher la tête devant tant de sottise de la part d’une université renommée. Mais nous avons nos sources d’information, je sais donc que d’un certain côté bien particulier on ne voudrait pas que soit vrai le fait que le récit du deuxième Livre de MOISE soit faux. Les conséquences qui doivent alors en découler sont importantes et changeraient le tableau tout entier sur Terre. C’est pourquoi on met tout en œuvre pour étouffer cette vérité, comme cela se fait, il est vrai, depuis des millénaires. De même d’autres croyances n’ont pas intérêt à ce que leurs saints et vénérés miracles aient un tout autre aspect. Cela nuirait au prestige du dogme, auquel on exige une obéissance inconditionnelle.

Les Églises demandent non seulement l’obéissance à ce qu’elles soutiennent, mais elles exigent de plus une soumission totale, un esclavage de la pensée, mais sans adaptation, car elles-mêmes ne s’adaptent pas à la vérité. Toute soumission est négative, et tout enseignement qui cherche à l’imposer est négatif.

Si les protocoles d’examen de l’« UFOlogie » comme vous l’appelez, sont mis en parallèle avec la Bible, on obtient une image claire, c’est-à-dire une concordance à 100 % : nos ancêtres ont visité cette Terre pour une raison bien déterminée. Une université qui soutient le contraire fait la démonstration de son retard en ce qui concerne des choses de très haute importance. Je suis rassuré, car je sais qu’il y a dans le monde entier assez de communautés qui étudient les OVNIS et qui savent exactement que l'on vous ment effrontément.

L’humanité de cette Terre n’a aucune idée des dimensions du tissu de mensonges qui, tel une gigantesque toile d’araignée, s'étend sur cette Terre. Personne ne peut échapper à ce filet ; tout le monde est encerclé, sucé, détruit ; aucun chef, si haut placé soit-il, ne peut s’en évader. Le renouvellement ne peut se faire que par la vérité, et nous faisons partie de cette vérité.

(*) Rappelons que ces textes sont reçus télépathiquement et publiés en Allemand par le groupe SPEER de Berlin.

De grands sociologues ont simplifié la chose : ils ont tout bonnement effacé Dieu de leur trésor linguistique, parce qu’Il est incompréhensible et qu’ils ne peuvent L’expliquer. Cette incapacité de la pensée humaine s’est étendue dans le monde entier. On passe la main sur ce qui demande trop d’efforts. On ne peut pas malgré tout, par cette tactique, sortir un Tout-Puissant de l'univers.

Pour comprendre Dieu, il faut d’abord faire une supposition et remplir une condition indispensable : c’est-à-dire que l’homme comprenne son existence propre, et qu’il puisse aussi l'expliquer. Cela est impossible inversement, car on ne peut comprendre Dieu lorsqu’on ne reconnaît ni ne comprend le plus petit, c’est-à-dire l’Homme.

Celui qui s’occupe de cela doit savoir qu’il a une âme, une conscience, qui est de nature cosmique. Aucun processus de pensée, de conscience, n’est organique, mais il est perpétuel, universel. Mais ici, nous retrouvons la ressemblance avec Dieu : Dieu est une conscience perpétuelle, universelle. Il s’agit là de l’inimaginable grande conscience de toute la nature. Celui qui ne saisit pas cela doit recommencer au début ; mais qu’il laisse la théologie de côté.

Depuis longtemps déjà, la Science sait que toute vie suit une Information. Mais on n’a jusqu’ici jamais parlé de l’informateur: il s'agit ici de la conscience de la nature. C’est bien Dieu qui guide cette nature, mais il a créé une organisation transcendantale pour le destin et la liberté de l’humanité. Beaucoup ne le croient pas, mais il y a des savants de haute renommée qui reconnaissent ouvertement qu’ils ne croient que ce qu’ils voient dans la marmite : il faut toujours les placer devant le fait accompli, qu’il s’agisse de la radio ou de la télévision. N’importe, on est toujours d’abord contre, et plus tard seulement, pour. Mais la nature est une marmite qui est pleine, si bien que ces savants devraient se poser la question : « Qui donc a rempli la marmite ? Qui ? Sur la base de lois sans législateur ? »

J’aime mieux ne pas parler de ce que les médecins disent sur les morts. Mais ils déteignent sur la jeunesse qui devrait, à vrai dire, avoir du respect pour la nature. Et cependant, à quel point n’est-on pas déjà descendu!

Le darwinisme a dangereusement influencé les considérations sur l’homme. DARWIN (1) a dressé une théorie, et les autres en ont fait une doctrine. Ni la théorie, ni la doctrine ne sont justes.

(1) DARWIN CHARLES (1809-1882). Célèbre naturaliste anglais. Se basant sur une masse considérable d’observations, il souligne l'évolution évidente qui a présidé à la formation des espèces par une adaptation constante au milieu et aux conditions de vie. La vie est une lutte, lutte nécessaire car elle élimine les individus tarés ou faibles, assure la survie des meilleurs et des plus aptes d'où SÉLECTION NATURELLE, et par suite, la CONSERVATION DE L’ESPÈCE. Cette conservation de l’espèce et aussi son amélioration, est favorisée par la SÉLECTION SEXUELLE NATURELLE ; les mâles luttant entre eux pour conquérir la femelle, ce sont les plus vigoureux qui procréent. O.V.

Comme toute vie provient d'un point de formation, l'homme pourrait regarder bien loin en arrière sur son évolution. Somme toute, nous considérons le dogme de la descendance connue de peu d’importance, car au lieu d’aider l’homme à avancer, il l’embrouille plutôt. L'homme a dépassé, dans son développement, tous les échelons animaux, si bien qu’il représente aujourd’hui un être qui se tient bien au-dessus de toute la faune. Il n’est plus convenable de prendre encore le darwinisme au sérieux. Le darwinisme est déjà contredit par les connaissances sur l’information. Il est impossible que l’information qui se trouve dans le développement du singe permette une mutation qui conduise à un Prix NOBEL. L’Homme a son Information propre, spéciale, à laquelle il est soumis. Les quelques ressemblances qui surgissent sont purement dues au hasard. Le cerveau d’un singe ne donne pas la possibilité à une âme humaine de se fixer. Si le singe imite l’homme dans ses mouvements, cela n’est pas une preuve de parenté. Les perroquets aussi apprennent à parler, imitent donc la voix humaine: il va de soi que l’humanité a gravi de nombreux échelons animaux, mais ils formèrent une base pour l'homme, dont la venue sur Terre et aussi sur d’autres planètes a été prévue longtemps à l’avance. Le développement de l’homme est très exactement une Information déposée dans ce développement. La théorie de la descendance n’est qu’une mauvaise excuse au comportement de l’homme. DARWIN avait, il est vrai, trouvé des changements dans le monde animal dans l’archipel des Galápagos. Mais cela n’existe pas qu’une espèce se transforme en une autre espèce. Un Simien, c'est-à-dire un quadrumane (un singe) peut se retrouver dans bien des genres, mais ce seront toujours des genres simiens et jamais une autre espèce. Si l’homme descendait du singe, il lui serait toujours possible de s’accoupler avec un singe et de reproduire : cette impossibilité prouve l’individualité de l’espèce.

[Note du Groupe Speer de Berlin : Francis BACON (2), un important philosophe, a dit : « Est-ce que la connaissance seule n’est pas ce qui libère l'esprit de l’homme de la confusion ? Existe-t-il donc pour l'esprit de l’homme une plus grande béatitude que d'être élevé au-dessus des choses embrouillées d'où il peut obtenir une juste appréciation de l’ordre de la nature et des erreurs de l’homme ? »  ASHTAR SHERAN a aussi, à plusieurs reprises, prouvé sa supériorité scientifique. Nous pouvons lui faire confiance.]

(2) FRANCIS BACON, baron Vérulam (1561-1626). Avocat-philosophe-grand chancelier d’Angleterre. Un des esprits les plus ouverts de son temps. « On ne triomphe de la Nature qu'en lui obéissant » disait-il. Il faut admettre les faits dont nos sens nous rendent conscients. Mais en partant de ces faits naturels et de l’expérimentation contrôlée et étudiée, logiquement pour en éliminer les erreurs ou « idoles » et préjugés, il faut s'élever progressivement pour en arriver aux lois générales. « C’est la vraie voie que personne n’a encore essayée » disait-il. Il en est encore ainsi aujourd’hui. L’homme VIOLENTE ENCORE LA NATURE au lieu d'être « son interprète » selon l’idée de Bacon qui ajoutait que c’était là, la vraie science, celle qui permet d’accéder à la Vérité, la « Science des causes » , celle qui permet à l'homme de dominer la nature. O.V.

Le darwinisme est une opinion qui s’est enracinée profondément dans la science. La position élevée de l’homme dans les limites de la faune universelle est considérablement décriée par le darwinisme. Les conséquences de ce fait se trouvent dans le comportement négatif de l’Homme et dans ses conceptions artistiques. Nous nous tenons à distance de cet état primitif.

On a attribué bien trop d’importance à la philosophie, bien qu’elle représente directement une science pervertie qui a tiré de l’air, comme un prestidigitateur, toutes les théories possibles sans avoir la moindre preuve de leur réalité. Sur cette planète, on considère les philosophes comme des hommes dont on pense que les plus grandes connaissances leur sont ouvertes. Si, parmi ces philosophes, on compte aussi VOLTAIRE, on voit alors assez nettement de quel genre ces philosophes  sont en réalité. Nous savons que VOLTAIRE a dit : « Je commence à attribuer davantage de valeur a la vie et à la béatitude qu'à la vérité ». Comme dans les universités, on inocule ce non-sens révoltant à la jeunesse désireuse d’instruction, de manière à ce que toute leur vie en soit infestée.

[Note du Groupe Speer de Berlin :  ASHTAR SHERAN montre par là un degré de savoir qui nous étonne car, en plus de son propre développement, il possède extraordinairement bien notre savoir terrestre !]

Je puis aussi vous indiquer d’autres philosophes qui ont mérité tout autre chose que la gloire mais qui, malgré cela, sont hautement honorés - pour la corruption de cette humanité. Votre philosophe Georges SANTAYANA (3) a dit : « La religion est de l'expérience humaine interprétée par la fantaisie humaine ». Il est vrai qu’il a raison s’il veut dire que la Bible a été faussement interprétée par la fantaisie.

(3) GEORGES SANTAYANA (1863-1952). Philosophe américain. Il admet la réalité de la matière et des informations données par les sens. La conscience ne fait qu’observer et n’influe pas sur les causes. Doctrine matérialiste et sceptique s'apparentant aux idées d’Aristote. Son œuvre principale est : « La Vie de la Raison ». O.V.

Mais les philosophes devraient justement être plus prudents dans l’usage qu’ils font de la parole. C’est que la religion n’est pas basée uniquement sur l’expérience humaine, mais aussi sur une inspiration. Une inspiration transcendante et une révélation, ainsi que sur des phénomènes transcendantaux, tels que nous en constatons ici. Mais Georges SANTAYANA complète ses exposés en soutenant : « L’espoir du surnaturel est un essai et une mire désespérés de l’homme dont le bonheur a atteint le niveau le plus bas ». Il émane réellement de ces lignes une grande ignorance dans le domaine spirituel. Non seulement les responsables des universités tolèrent ce non-sens et continuent à le divulguer, mais les politiciens dirigeants aussi se drapent dans ces paroles. La pensée matérialiste qui en résulte s’est emparée de toute l’humanité de cette Terre, et on ne possède plus de mesure véritable pour les conceptions importantes du bonheur et de l’espoir. Tous les hommes sont entièrement saisis par le matérialisme si bien que, somme toute, ils n’ont plus de goût pour quelque chose de spirituel. Ils veulent tous obtenir davantage de la vie que la part qui leur revient d’après leur développement. On en trouve les conséquences dans tout le comportement des peuples sous-développés sur cette Terre. De cette prise de position, face à la vie, découle inévitablement la haine qui ne sait rien de l'amour du prochain et l’ignore totalement. « Les barbares nordiques comprendront ce qu’on leur doit ».

Une philosophie réelle, telle que nous l’avons développée sur notre étoile, s’occupe spécialement de la science de l’esprit spirituel, qui est pour nous l’unique source certaine de la connaissance. Notre philosophie ne s’occupe pas de différences entre les races ni entre les classes, mais uniquement de l’humanité par rapport au grand monde, c’est-à-dire seulement de la question essentielle du mystère grandiose de la création : « Qu’est-ce que DIEU, la NATURE, et L’HOMME ? ».

En ce monde vivent des millions d’hommes, mediums à un haut degré, qui ignorent ce don et qui n’emploient pas de manière positive leurs capacités, mais qui les utilisent de manière négative. Comme ces mediums sont extraordinairement valables comme instruments humains et qu’ils atteignent souvent des postes de haut commandement, ils deviennent un danger considérable pour l'humanité : cela, on ne le reconnait malheureusement pas parce qu’on est trop inexpérimenté dans ce domaine.

Les académiciens scientifiques qui dépendent de l’Etat prennent pour tâche de douter de tout ce qui est inconnu et de ne rien reconnaitre. Ils prennent la même attitude qu’un rusé qui tournerait la loi.

Ils cherchent une explication même si elle manque complètement de logique à faire dresser les cheveux sur la tête, et ce uniquement pour ne pas reconnaitre qu’il y a une vie, et une vie consciente très intelligente au-delà de la tombe - donc une continuité immédiate de notre existence. Ces savants - je ne sais pas s’ils méritent encore ce nom - trouvent donc une explication comme celle que j’ai apprise il n’y a pas longtemps :

 

(A suivre)

 

Revue « Ondes Vives » n° 54 de Octobre 1970 (Partie IV)

Numéro manquant pour le moment

Revue « Ondes Vives » n° 55 de Novembre 1970 (Partie V)

Numéro manquant pour le moment

Revue « Ondes Vives » n° 56 de Décembre 1970 (Partie VI)

Numéro manquant pour le moment

 

Revue « Ondes Vives » n° 57 de Janvier 1971, pages 11 à 15 (Partie VII)

 

L'ADVERSAIRE
(Allusion aux Forces de l'Ombre)

 

Il en va tout autrement de l'Adversaire, de l'ennemi dangereux qui ne vous veut que du mal. Cet ennemi, vous l'ignorez totalement. Qu'un autre comprenne cela, quant à moi, je ne le peux. Si vous déclarez le Diable « fer chaud » (1), on ne peut plus vous aider.

(1) Commentaire d'Ondes Vives : « Fer chaud » signifie : dangereux, à ne pas toucher, sujet à éviter soigneusement.

Combien de fois entend-on dire que Dieu punit. Les Eglises ont essayé d'intimider l'homme de cette manière, mais on ne peut pas forcer l'amour par la menace ; cela est impossible. Or, l'homme ne doit pas seulement vénérer Dieu, il doit aussi l'aimer et l'amour exige une pleine confiance. Et ceci ne peut être lorsque l'homme craint une punition car il craint aussi celui qui le frappe de cette punition. De cette manière, les Eglises ont réussi à susciter en l'homme davantage de crainte que d'amour pour son Créateur. Mais, malgré cela, l'homme n'évite pas la punition. Il se met lui-même dans des situations qui attirent sur lui une punition causée par sa propre faute, en deçà et au-delà.

Cependant, l'Adversaire ne se préoccupe pas de justice, pas plus que de la souffrance d'un homme. Il use de sa puissance et jette ses filets avec raffinement.

Vous avez bien des Ecritures religieuses, mais à ce propos, il est sans importance qu'il s'agisse d'une religion ou d'une autre. Dans aucune de ces Ecritures, on ne fait suffisamment ressortir le danger que présente l'ennemi de l'homme : LUCIFER (2). C'est incompréhensible !

(2) Commentaire d'Ondes Vives : Ceci est absolument faux. Aussi bien dans l'Ancien que dans le Nouveau Testament de la Bible, on met l'homme en garde contre les pièges de Satan, l'Adversaire. Et l'Apocalypse nous parle abondamment de la bataille d'Harmaguedon.

Si je devais écrire une Bible, je mettrais tout l'accent sur la réalité, à savoir que l'humanité se fait prendre par les raffinements du diable qui sait, avec une grande adresse, prendre les mesures adéquates pour conduire les hommes à leur perte. Car il connaît les nombreuses faiblesses de l'homme et en tire partie de toutes les manières possibles. Il connaît avant tout les désirs de l'homme et s'adapte adroitement aux développements de la situation. Le diable est très dangereux mais aucunement naïf ni bête. L'humanité est donc exposée à un danger inouï dont elle n'a somme toute, aucune idée.

Lorsqu'on veut que quelque chose soit considéré comme étant inoffensif et sans importance, de façon à n'être pas pris au sérieux, il n'y a pas de meilleur moyen que de la. tourner en ridicule. On rend la chose ridicule au point qu'on la prenne pour un non-sens absolu, pour un vain bavardage. Il en va exactement de même pour l'Adversaire : il est rendu ridicule, et ce avec l'appui humain, au point que personne n'a besoin de le craindre réellement. C'est là, la grande faute qui pèse dans le monde. On ne peut s'imaginer entièrement les suites qui peuvent découler de cette situation (3).

(3) Commentaire d'Ondes Vives : Nous sommes parfaitement d'accord, mais il ne faut en accuser ni les Ecritures, ni l'Eglise.

En tous cas, je puis vous conseiller de ne pas sous-estimer le diable. Ce n'est en aucun cas une figure de farceur ou un personnage des contes de GRIMM. Il ne fait pas non plus partie des personnages pleins de fantaisie des ouvrages de science-fiction. L'Adversaire est réel  tout comme l'univers. Si votre science ou vos responsables de religions ne réussissent pas à mettre l'Adversaire en pleine lumière pour qu'on y croie, l'humanité ne pourra jamais sortir de l'impasse.

Cette humanité a malheureusement encore trop peu de connaissance de la vie invisible. C'est pour cela aussi qu'il est incroyablement difficile de convaincre les hommes (qui vivent au jour le jour) de ces immenses événements.

Il n'en va pas autrement pour nous. On condamne tous les phénomènes de nefs spatiales extra-terrestres, on les tourne en ridicule afin d'empêcher les hommes d'y croire.

L'humanité passe par une grande épreuve au cours de l'évolution terrestre, mais qui peut passer cette épreuve s'il n'est pas suffisamment préparé ? Il faudrait un savoir que peu d'hommes possèdent. Même les plus malins parmi les chefs sont loin de connaître le sens de l'existence humaine.

Ces hommes ne jugent que d'après leurs opinions, mais non d'après la vérité réelle et objective. Leur jugement est personnel, mais le personnel ne fait pas le poids parce que les choses importantes de l'humanité ont une signification cosmique.

Je m'étonne, de votre psychologie : Je n'ai pas encore réussi, et de loin, à m'approcher de la vérité de l'existence humaine. L'analyse des rêves est, somme toute, sans importance, mais l'EXISTENCE ÉTERNELLE DE L'AME est d'importance déterminante. Sans organisation raisonnable objective des sciences « des frontières », la psychologie perd son droit à la reconnaissance empirique. A l'intérieur des sciences universitaires se trouve malheureusement encore un très grand nombre de pseudo-connaissances qui causent de graves dommages dans l'humanité. Si les étudiants protestent là contre, ils ont mon approbation, mais s'ils veulent penser de manière politique, alors je suis contre eux, parce qu'ils ne connaissent pas encore la vérité dans ses fondements ; ils veulent transformer une erreur en une autre erreur.

 

INSURRECTION
(Allusion aux manifestations de Mai 1968 dans le monde)

 

Il y a maintenant une insurrection générale, une insurrection mondiale d'une étendue toujours croissante sur cette belle Terre qui n'a pas encore trouvé le calme. Les peuples croient se trouver devant une énigme, mais ils se trompent. Il s'agit d'un effet qui se fait sentir en vertu des lois de Dieu et dont la cause est à rechercher dans la fausse éducation et le faux enseignement donnés à l'humanité.

Bien des prophètes cependant peuvent voir dans l'avenir, un avenir qui parfois est très lointain, mais dont le cours a déjà une cause. C'est une chose inconcevable pour l'homme terrestre. On peut remonter une montre et, si elle est réglée pour midi, elle sonnera alors midi à une minute près. Il en est à peu près de même pour une prophétie. Lorsque le prophète, c'est-à-dire l'homme hypersensitif, saisit que la montre mondiale a déjà été remontée et règlée, il pourra dire d'avance qu'elle sonnera dans le monde à un moment donné et actuellement elle sonne à plein son !

Celui qui n'entend pas cette sonnerie, celui-là se désintéresse du monde environnant et ne poursuit que ses propres intérêts égoïstes.

[Note du Groupe Speer de Berlin : les prophètes des Saintes Ecritures ont attiré diversement l'attention sur une époque où l'humanité de cette Terre entrerait en révolte. L'Apocalypse de JEAN, Chapitre 6, Verset 17 dit : « car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? » . La révolte des peuples grandira car la SAINTE BATAILLE est engagée. La percée vers un savoir plus élevé doit suivre.]

La révolte des races, des peuples, des étudiants, des bourgeois, dans tous les domaines de la vie humaine, a sa cause dans les régions spirituelles. Le mécontentement général prend une forme fanatique. Mais si l'on observe les événements à l'intérieur de la politique, alors on reconnaît le danger des vagues de révolte qui se heurtent contre les murailles. Considérant comment les choses ont été dirigées jusqu'à présent, cela ne peut certainement pas continuer. Lorsqu'on provoque une catastrophe, nous ne restons pas non plus inactifs. L'humanité terrestre peut nous donner le signal, ce serait alors la trompette biblique (4).

(4) Commentaire d'Ondes Vives : La destruction des murailles de Jéricho dont parle la Bible en Jos. 6/5.

Il se produit des choses que les hommes ne comprennent pas en général. Des hommes négatifs, que j'ai une fois désignés sous le nom d'anti-hommes, sont si fortement inspirés qu'ils laissent tomber leur masque. L'homme à tendance positive les reconnaît instantanément : il y a des crimes qui ne peuvent pas être décrits dans toute leur horreur. Ces événements font aussi partie de la mêlée de la bataille d'HARMAGUEDON.

L'obscurité spirituelle sur cette Terre est totale, il est presque impossible de l'accroître !

C'est avec raison que les communistes et les socialistes ont tempêté contre les Eglises. Mais on ne peut nier la croyance en Dieu de la manière dont on essaie de le faire. On ne peut pas remplacer une religion par une pseudo-religion politique imaginée par des hommes. On ne peut que corriger une religion corruptible, mensongère, mais qui cependant possède des vérités partielles. Mais, presque de tous côtés on empêche cette correction. Les Eglises défendent avec force aboiements leur os rongé et celui qui veut le leur retirer est mordu sans merci (5).

(5) Effectivement, le fait que les Communistes ont voulu supprimer la Religion a amené la haine des hommes entre eux en supprimant le lien commun de Dieu. Il est heureux qu'A.S. reconnaisse que l'Eglise possède des vérités partielles, mais il exagère encore en parlant de l'os rongé. L'Eglise au contraire fait tous ses efforts pour redresser ses erreurs depuis 1960. Et la prophétie de Saint Jean dit que c'est elle qui ramènera les 153 poissons au Seigneur. Cela signifie qu'elle sauvera la situation. L'Eglise a eu des torts, on ne peut le nier, mais c'est encore elle qui maintient un peu d'amour, de foi et d'union dans le peuple. On l'a constaté : chaque fois qu'elle a été attaquée, il y a eu des tueries, des destructions, des saccages, des actes inouïs de sauvagerie : Réforme - Révolution 1789 - Rome 1870 - Révolution russe 1917. A.S. semble l'ignorer.

On ne peut résoudre la situation par la politique, car la politique ne peut leur tenir lieu de vérité cosmique, que je puis aussi appeler vérité divine, cette vérité qui ne connaît pas de violence ni de contre-violence mais qui lancé la connaissance contre l'erreur et l'amour contre é goïsme. Si une guerre, somme toute, est nécessaire, elle ne peut se justifier que lorsqu'on la mène pour éclairer et éduquer le peuple contre la bêtise générale.

Aussi longtemps que la majorité de la population terrestre sera d'avis que chaque homme ne vit qu'une fois sur cette Terre et qu'il n'a pour cette raison qu'une seule fois cette chance, il n'y aura jamais de changement dans le comportement humain. Chacun essayera de se procurer ce qu'il pourra atteindre, sans considération pour les pertes d'autrui.

La révolte est là, mais cette insurrection doit être dirigée vers un but juste. Il est bien difficile de commencer. Ce début en effet est faux, mais il pourrait encore être corrigé. Les forces juvéniles devraient seulement être dirigées dans des voies justes. Le fanatisme doit être bridé. Le spirituel doit prendre la relève du matériel afin que s'établisse un équilibre. La science doit élargir ses spécialité. J'admets qu'il n'y a pas de professeur ou de doyen d'académie pour les connaissances grandioses, mais il est nécessaire que soient créées des lois qui permettent d'accepter les non-académiciens comme enseignants lorsqu'ils ont le savoir et les capacités voulues ; chaque université peut organiser une section pour un règlement transitoire. L'humanité en profiterait grandement.

 

(A suivre)

 

Revue « Ondes Vives » n° 58 de Février 1971, pages 3 à 5 (Partie VIII et fin)

 

MODERNISME

 

Ma mission n'est pas de vous critiquer. Ma tâche consiste en une action de secours, en un service pour l'humanité. Ce service est, il est vrai, le devoir de chaque homme, c'est pourquoi je ne puis comprendre qu'on fasse, chez vous, une si grande différence dans l'estimation du travail. Un balayeur de rues rend un service à l'humanité ; un étudiant par contre est encore bien loin de rendre un service à l'humanité, car il est un parasite sur le gain du balayeur. Ce n'est là qu'un exemple.

Je trouve, dans votre vocabulaire, le mot « moderne ». Bien que probablement vous compreniez mieux votre langue maternelle du point de vue sentiment que moi, il m'est difficile de me familiariser avec cette notion qu'il s'agit, pour le mot «moderne » de quelque chose de nouveau, qui est encore mieux. L'humanité a cependant une autre conception de ce mot. On ne réfléchit pas sur son véritable sens, mais an pense que ce qui est « moderne » est en même temps progressiste et digne d'admiration. C'est une erreur.

On parle même d'une conduite de la guerre « moderne ». La plus grande négativité peut être considérée comme « moderne ». Il y avait des talons pour les chaussures de femmes qui étaient très nuisibles pour leur santé : on les vanta comme tout à fait «  modernes ». De même, la fumée du tabac et la passion des stupéfiants sont aussi « modernes ». Ce qui est grave en cela, c'est que les publications prônent le « moderne » de manière qu'on s'en forme une image tout à fait fausse. Puis on ressort une tradition ancienne qui est tombée dans l'oubli, comme « moderne ». On trompe grandement avec cette conception du «  moderne ». L'esprit d'imitation n'est pas à sous-estimer. Dans la conduite de la guerre, l'imitation joue un grand rôle. Personne ne veut être à l'écart de ce que fait la masse, c'est alors « moderne », et on veut être un homme « moderne » ! ... Dommage que les plus hautes connaissances ne soient pas « modernes » ! L'UFOlogie avait déjà certaines chances de devenir « moderne », mais on a freiné ce développement par tous les moyens.

Les Eglises chrétiennes se sont bien laissées prendre par ce dangereux mot de « moderne ». Elles veulent être « modernes » et organisent sans conditions le « négatif » dans leurs maisons de Dieu. C'est à peu près la même chose que si on mettait un tableau de RUBENS dans un cadre abstrait. Les maîtres anciens n'ont pas besoin d'être « modernes ». Leur art se présente soit sans cadre, soit dans un solide cadre doré, ainsi que nous avons pu nous en convaincre. Ce qui est valable pour les maîtres anciens se reproduit aussi pour les croyances. Une croyance objective en Dieu n'a pas besoin d'être comprise comme « moderne » ; les maisons de Dieu sont des maisons de prières, elles ne peuvent pas être modernisées par des choses abstraites négatives. La jeunesse peut accepter peut-être cela sans scrupules vu son inexpérience. Les croyants plus âgés qui sont capables de réfléchir méditativement, ressentiront cela comme un blasphème. Mais lorsqu'il y a des erreurs., lorsqu'on ne veut pas et qu'on est incapable de reconnaître et d'éliminer ces lourdes erreurs, on tend vers une « modernisation » dans le sens négatif, uniquement pour se faire remarquer et pour s'adapter au développement négatif. Pour une croyance objective en Dieu, le meilleur peut juste être assez bon. Mais que savent les Eglises de cette explication ? Satan se tient déjà au centre de l'Eglise.

QUESTION : Nous trouvons tes explications remarquables, mais comment seront-elles acceptées par le public du monde ? On dira qu'il ne s'agit pas là d'un entretien direct d'homme à homme. On attend une visite extra-terrestre au cours de laquelle on pourrait parler face à face. On doute encore d'une communication médiumique parce qu'on manque de connaissances à ce sujet.

RÉPONSE : Le comportement des habitants de la Terre nous en empêche. Nous nous exposons à de grands dangers si nous donnons suite à vos désirs. Cela ne serait possible que si nous prenions en même temps le pouvoir, si nous établissions un protectorat. De plus, un autre danger nous en empêche : tous les hommes terrestres sont porteurs de bacilles. Il existe en plus des microbes pathogènes qui nous sont inconnus mais que bien des hommes hébergent. Comme nous sommes à ce point de vue extrêmement sensibles, personne n'aimerait s'exposer au danger de nous exposer à une épidémie en face de laquelle nous serions peut-être impuissants. En Amérique du Sud, dans les forêts vierges du Brésil, vivent des Indiens qui meurent d'un rhume lorsqu'ils se trouvent infectés. Et nous ne savons pas si nos précautions seraient suffisantes (1) .

(1) Commentaire d'Ondes Vives : Cela expliquerait peut-être les prudentes incursions des OVNIS depuis 1944. Mais cette idée est peut-être tirée du fameux roman « La Guerre des Mondes ». H.G. WELLS qui eut tant de succès et où les envahisseurs Martiens furent supposés vaincus par les microbes de la Terre, alors qu'ils avaient envahi notre monde. A.S. ne nous apprend donc rien de nouveau sur ce risque de contamination. Mais alors, ce qui nous surprend c'est qu'A.S. ait peur des microbes. Aurait-il peur de mourir ? Lui qui proclame que l'âme est immortelle ? Et qui nous prêche de ne pas craindre la mort ?

 

SEXUS INEPTUS

 

Chers amis terrestres ! Il y aurait encore beaucoup à dire, mais le temps nous manque pour cela. La force nécessaire aussi diminue. Mais il reste encore un thème très important à traiter. Le crime sexuel face à l'amour me donne de gros soucis. L'amour est grand et saint, c'est certainement ce qu'il y a de plus beau et de plus puissant qui existe dans l'univers entier ; mais l'Adversaire a choisi l'amour comme son plus grand point d'attaque ; malheureusement les hommes ne s'en aperçoivent pas quel service ils rendent au diable...

L'amour est traîné dans la boue au cours de la bataille d'HARMAGUEDON. Les idéaux les plus hauts sont ravis à l'homme. SEXUS INEPTUS ! Un manque de goût sans exemple. Ici je dois vous avertir la main levée : dans ce comportement sans goût se cache un danger incalculable pour l'avenir des hommes de la Terre. Vous tombez facilement dans le danger d'être abaissés par certains événements des temps actuels. L'abaissement et la profanation de l'amour sacré, qui est infiniment saint, corrompent le caractère et la morale de l'homme d'une manière effroyable. Et ce développement ne doit rien à la démoralisation par l'alcool.

De ce comportement découle l'effondrement total de toute retenue, cette retenue qui a protégé l'homme des mauvaises actions. Le respect pour l'autre sexe ne sera jamais assez grand ; mais si les convenances et la pudeur naturelle sont blessées, alors il s'ensuit inévitablement la dégradation de l'évolution spirituelle. Le déshonneur des sexes conduit au total déshonneur de toute l'humanité.

 

CONCLUSION

 

Le Tribunal siège pour cette humanité ! Les hommes terrestres ne sont pas convoqués, le jugement se fait par contumace.

Je suis, comme quelques autres, convoqué comme témoin. Que dois-je témoigner? Qu'ai-je vu et dit, de quoi ai-je été témoin ? Le jugement ne m'appartient pas. Malgré cela, je me fais mes propres réflexions. Il est très difficile de parler d'une faute directe lorsqu'on sait quelles forces spirituelles et intelligentes participent à toute la situation de cette humanité. Je demanderai un jugement avec sursis pour cette humanité.

Christ, votre plus grand Instructeur, a dit avec un profond sentiment de compassion il y a environ 2 000 ans, lorsque l'évolution n'était pas aussi avancée : « Seigneur, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font ». C'est avec le même sentiment que je dis : «  GRAND ESPRIT DEL'UNIVERS, laisse régner ton indulgence sur cette humanité, car elle se trouve sous les plus mauvaises influences imaginables de ton grand Adversaire ». « Seigneur, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qui se fait dans l'invisible ».

On ne peut pas se fier aux théologiens, c'est pourquoi je m'adresse aux hommes qui font usage de leur intellect : « Reconnaissez ce qui est fait de faux sur Terre. Votre haine réciproque est ce qu'il y a de plus bas que puisse produire l'esprit humain. Cessez de vous combattre et de vous insulter ! Votre vie n'est pas aussi courte que vous le croyez, elle se compte par EONS ».

Votre ASHTAR SHERAN.

 

FIN

 

Traduction d’un texte publié [en 1969] par Herbert Victor SPEER, 1000 Berlin 33 Ahrweilerstrasse 3. S’adresser à lui pour avoir le texte original. [Le mieux est d'aller ICI]

 


Remerciements à Michael Lefebvre et Fred Idylle (site ARTivision)
pour avoir permis que tous ces textes puissent
être publiés et redécouverts sur Internet.


Retour